Menu des catégories

La Souris Verte : le journal des Jeunes Écologistes

SV
La Souris Verte est le journal des Jeunes Écologistes.

Sa version 100% en ligne a été ouverte en octobre 2013 et elle est accessible à l’adresse journal-la-souris-verte.eu

Ci-dessous, vous pouvez trouver les précédentes éditions papier de la Souris Verte.

17 propositions pour 2017 (et au-delà)

Publié par le Fév 14, 2017 dans Communiqués, Les Jeunes avec un Projet | 0 commentaire

17 propositions pour 2017 (et au-delà)

Ce lundi 13 février, les Jeunes Écologistes ont présenté à la presse leur campagne « Les Jeunes avec un projet » et lancé leur site internet jeunesavecunprojet.top « Les Jeunes avec un projet » sont la campagne des Jeunes Écologistes à l’occasion de l’élection présidentielle 2017. « Cette élection contribue à l’ultra-personnalisation de la vie politique et laisse souvent les idées et les projets de côté. C’est pourquoi les Jeunes Écologistes ont lancé cette campagne qui met en avant 17 propositions qui, selon nos adhérent-e-s, devraient être au cœur de cette élection présidentielle. » décrit Oriane Pigache, co-secrétaire fédérale des Jeunes Écologistes. « L’écologie que nous voulons porte une autre vision de la société. Elle veut engager la transition avec tou-te-s celles et ceux qui veulent vraiment changer le monde pour une société sociale, solidaire, coopérative et féministe. » continue Benjamin Kaufmann, co-secrétaire fédéral des Jeunes Écologistes.  « Les propositions du site jeunesavecunprojet.top résultent des positions du mouvement et ont été sélectionnées suite à une consultation de ses membres à l’automne dernier. Notre projet est open source, nous sommes donc ravi-e-s que plusieurs de nos 17 propositions soient reprises dans le programme de différents candidats, comme le revenu de base chez Benoit Hamon ou la promotion d’une alimentation moins carnée chez Jean-Luc Mélenchon, la grande majorité étant notablement défendue dans le programme de Yannick Jadot. » Cependant, les Jeunes Écologistes ne sont pas la caution jeune d’un parti politique comme le sont les « Jeunes avec Hamon » ou encore les « Jeunes avec Macron ». Notre ambition n’est pas de soutenir un candidat mais un projet de société pleinement écologiste. « Nous avons un rôle majeur dans cette histoire, celui de se réapproprier la démocratie et le débat politique, celui de construire le monde de demain. C’est pourquoi nous souhaitons porter haut et fort nos idées à l’occasion de l’élection présidentielle, à travers les jeunesavecunprojet.top » conclut Oriane Pigache. CONTACTS PRESSE : Oriane Pigache, co-secrétaire fédérale – 06 05 37 97 56 Benjamin Kaufmann, co-secrétaire fédéral – 06 82 45 78...

lire plus

Les Jeunes Écologistes défendent… un projet !

Publié par le Fév 13, 2017 dans Communiqués, Les Jeunes avec un Projet | 0 commentaire

Les Jeunes Écologistes défendent… un projet !

J-69 avant le premier tour de l’élection présidentielle. Alors que d’autres se targuent d’être « Les Jeunes avec Fillon », « Les Jeunes avec Marine », « Les Jeunes avec Macron » ou encore « Les Jeunes avec Hamon », nous, Jeunes Écologistes, avons décidé d’être Les Jeunes avec… un projet ! Parce que nous dénonçons la personnalisation de la politique et le cirque de la présidentielle, parce que le changement ne viendra ni d’en haut, ni des élu-e-s accroché-e-s à leurs multiples mandats et parce que l’écologie n’est bien souvent qu’un faire-valoir dans toute cette mascarade, nous préférons défendre un projet plutôt qu’un-e candidat-e. L’écologie que nous voulons porte une autre vision de la société. Elle veut engager la transition avec tou-te-s celles et ceux qui veulent vraiment changer le monde pour une société sociale, solidaire, coopérative et féministe. Nous avons un rôle majeur dans cette histoire, celui de se réapproprier la démocratie et le débat politique, celui de construire le monde de demain. C’est pourquoi nous souhaitons porter haut et fort nos idées à l’occasion de l’élection présidentielle. Retrouvez nos 17 propositions pour 2017 sur notre site web dédié : jeunesavecunprojet.top L’étincelle viendra de nous...

lire plus

Le CETA : les raisons du refus

Publié par le Déc 8, 2016 dans Les Groupes Locaux, Stop Tafta Ceta, Toulouse | 0 commentaire

Le CETA : les raisons du refus

Dimanche 4 décembre, nous – les Jeunes Ecolos de Toulouse – avons brandi des pancartes et scandé des slogans pro CETA et TAFTA. Ironiques ? Evidemment. Nous avons choisi la formule « une manifestation de droite » pour dénoncer les absurdités de ces accords. Nous expliquons notre refus du CETA, tant sur la manière que sur le contenu. Le CETA accélère la mondialisation de l’agriculture « De la viande aux hormones pour booster la croissance » ; « On aime on aime les OGM » (slogans de la manifestation) Le CETA élimine les droits de douanes et 92% des produits agricoles sont concernés. Il prévoit l’augmentation des quotas d’importation (du Canada vers la France) du bœuf, du porc, du blé tendre et du maïs doux. En contrepartie, il assure l’augmentation du quota d’exportation du fromage vers le Canada. L’Europe n’a aucun besoin d’importer ces produits du Canada. Alors que chaque année la filière agricole fait entendre ses difficultés financières au regard de prix trop faibles liés à une concurrence rude, le CETA entend encore renforcer la concurrence agricole en Europe. De plus, au Canada, OGM, hormones et antibiotiques sont autorisés dans l’agriculture et l’alimentation. Bien que l’importation de bœuf aux hormones ou de maïs OGM reste dans un premier temps interdite en Europe, le consommateur européen ne pourra avoir aucune garantie quant à leur utilisation dans l’alimentation animale. Qui plus est, le CETA a été construit comme « un accord vivant », c’est-à-dire qu’il met en place des procédures devant permettre à terme la convergence des normes réglementaires et environnementales. Dans le viseur : les OGM, les antibiotiques, les hormones … Personne ne s’en cache : une modification de ces règles risque très probablement d’être approuvée par l’Europe post-CETA. Un virage déjà emprunté par la commission européenne qui a autorisé cet été la commercialisation de 3 variétés de soja tolérantes au glyphosate (connu sous le nom commercial de Round Up®) provenant de la société Monsanto. Le CETA dispense de démocratie « Plus de lobbies pour plus de démocratie » (slogan de la manifestation) Le CETA est le premier traité négocié avec un partenaire commercial membre du G7. Cet accord de libre-échange est sans précédent dans l’histoire commerciale européenne. De par son contenu et son importance, il n’a pas qu’un impact commercial mais aussi politique, démocratique et social. Pour que la population européenne en prenne connaissance, il faut un blocage de la Wallonie qui porte enfin l’attention de tous sur ces accords. Pourquoi une telle discrétion ? Pourquoi maintenir les européens dans l’ignorance si ces accords sont bons pour tous ? Cette carence démocratique n’est qu’un début : le CETA s’en dispense totalement. Comment ? Avec l’aide des tribunaux arbitraux privés. Que sont-ils ? Ils existent malheureusement déjà sous le nom d’ISDS (Investor-State Dispute Settlement) mis en place dans certains accords commerciaux. C’est un mécanisme permettant de régler les différends entre investisseurs et Etats de manière unilatérale : seuls les investisseurs peuvent attaquer un ou des Etats via ces tribunaux lorsqu’ils jugent que la politique de ces dernières nuits à leurs investissements. Un exemple célèbre: en 2012, Vattenfall, une société d’énergie suédoise réclame via un tribunal ISDS 4,7 milliards de dollars au gouvernement allemand pour compenser la fermeture de deux centrales nucléaires, conséquence de la politique environnementale de l’Allemagne. Face...

lire plus

Restons mobilisé.e.s face à la répression et aux projets destructeurs

Publié par le Oct 26, 2016 dans Communiqués, GPII, GPII, Violences policières | 0 commentaire

Restons mobilisé.e.s face à la répression et aux projets destructeurs

C’était il y a deux ans. Dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014, Rémi Fraisse, jeune militant écologiste et pacifiste de 21 ans, s’écroulait, mort, victime d’un tir de grenade offensive lancée par la gendarmerie nationale lors d’une manifestation contre la construction du barrage de Sivens dans le Tarn. Réunissant plus de 2 000 personnes opposées au projet, cette manifestation à l’origine festive s’était transformée en une escalade de tensions et de violence. Preuve de l’incapacité de l’État de tenir compte des revendications écologistes citoyennes, le ministère de l’intérieur n’avait su répondre qu’à travers la mobilisation des forces armées. « À ce jour, les personnes responsables de sa mort n’ont toujours pas été jugées », regrette Oriane Pigache, co-secrétaire fédérale des Jeunes Ecologistes. « Il n’est pas difficile pour nous, jeunes militant.e.s engagé.e.s et qui luttons contre les Grands Projets Inutiles et Imposés, de nous mettre à sa place. Nous aussi aurions pu nous retrouver face à ces gendarmes, et subir le même sort que Rémi Fraisse. » condamne-t-elle. Aujourd’hui l’enquête est loin être terminée : la reconstitution a été bloquée, la présence d’une équipe fantôme agissant hors du cadre de la loi et de laquelle serait partie la grenade meurtrière, des témoignages selon lesquels Rémi Fraisse aurait eut les mains en l’air au moment de mourir, et surtout le fait qu’aucun membre de la chaîne de commandement n’ait été mis en cause alors que M. Cazeneuve avait émis des consignes « d’extrême fermeté », etc. Nous demandons à ce qu’elle ne soit pas refermée et que toute la lumière soit faite sur cette mort tragique. Alors que les luttes écologistes s’intensifient, du centre d’enfouissement des déchets radioactifs de Bure au Grand Contournement autoroutier Ouest de Strasbourg en passant par Notre-Dame-des-Landes, nombreuses et nombreux sont les militant.e.s qui subissent les violences policières comme seule réponse face aux contestations écologistes. « Au contraire, pour lutter contre les projets inutiles et imposés, nos territoires ont besoin d’une réelle démocratie participative sur les enjeux écologistes. Une réelle démocratie, c’est demander l’avis à l’ensemble des habitant.e.s concerné.e.s par un projet et ne pas faire une consultation de façade comme ça a pu être le cas à Notre-Dame-Des-Landes » souligne Benjamin Kaufmann, co-secrétaire fédéral des Jeunes Ecologistes. Alors que trois jeunes femmes ont été blessées ce dimanche 23 octobre au rassemblement en hommage à Rémi Fraisse à Sivens, les Jeunes Écologistes appellent à la fin des violences lors des rassemblements et manifestations écologistes. Les Jeunes Écologistes dénoncent la stratégie mortifère du ministère de l’Intérieur et les abus des forces de police et revendiquent : – l’interdiction de l’utilisation du flashball et de toutes les armes susceptibles de blesser ou de tuer lors des mobilisations citoyennes, y compris les gaz lacrymogènes et asphyxiants en espaces couverts ou en forte quantité. – la poursuite des investigations sur la mort de Rémi Fraisse, la réalisation d’une reconstitution des événements en présence du juge et de témoins, ainsi que la mise au clair de la présence d’une « unité fantôme » non déclarée ce soir là, – le respect du droit à manifester et la limitation du rôle des forces de l’ordre à l’encadrement des manifestations / mobilisations – la fin de l’impunité des abus policiers – la fin de l’état d’urgence Aujourd’hui plus que jamais, nous appelons tou.te.s les...

lire plus

CETA : les Jeunes Écologistes s’invitent à l’ambassade de Belgique

Publié par le Oct 25, 2016 dans Alsace, Europe, Stop Tafta Ceta | 0 commentaire

CETA : les Jeunes Écologistes s’invitent à l’ambassade de Belgique

Les Jeunes Écologistes Alsace se sont invités vendredi dernier à l’Ambassade de Belgique à Strasbourg* pour offrir à l’ambassadeur, une bouteille de crémant d’Alsace bio pour remercier la Wallonie d’avoir empêché la signature du CETA dans sa version actuelle. Le CETA (Comprehensive Economic and Trade Agreement) est un projet de traité de libre échange entre l’Union Européenne et le Canada qui présente les mêmes risques que son cousin américain le TAFTA. Cet accord menace les normes sociales et environnementales des états au profit des multinationales. Aujourd’hui, mobilisé-e-s, nous voulons faire pression sur le gouvernement français pour faire tomber le CETA. Nous restons mobilisés pour promouvoir une autre vision du commerce international et la relocalisation de l’économie. * Représentation permanente auprès du Conseil de...

lire plus

CETA démocratie qu’il faut sauver!

Publié par le Oct 13, 2016 dans Communiqués, Démocratie, Economie et Social, Europe, International, Manifestation, Stop Tafta Ceta | 0 commentaire

CETA démocratie qu’il faut sauver!

« Nous avons coulé le TAFTA. Il nous reste deux mois pour couler le CETA » dixit José Bové, eurodéputé écologiste. Après 3 années de lutte contre le traité transatlantique TAFTA, une nouvelle mobilisation a lieu ce samedi 15 octobre, non seulement contre le TAFTA mais également contre le CETA. Les Jeunes écologistes, membre du collectif Stop TAFTA, seront présent-e-s à ces mobilisations partout en France. Suite à une mobilisation continue et de grande ampleur, le gouvernement français a demandé la fin des négociations du TAFTA, TransAtlantic Free Trade Agreement, en août dernier. Malgré cela, la Commission Européenne a toujours mandat pour continuer les négociations avec les États-Unis. Dans le même temps, la France s’apprête à soutenir la ratification par l’Union européenne du CETA, Comprehensive Economic and Trade Agreement, l’équivalent du TAFTA avec le Canada.Ce dernier a été signé le 26 septembre 2014 mais sa mise en oeuvre nécessite la ratification des parlements des dix provinces canadiennes ainsi que des vingt-huit États de l’Union européenne. « Le double discours de la France nous exaspère. On ne peut pas déclarer la fin des négociations du TAFTA et les continuer en parallèle. On ne peut pas en même temps dire que le TAFTA est un mauvais traité et vouloir signer le CETA qui est le même traité avec un pays différent des Etats-Unis » soupire Benjamin Kaufmann, co-secrétaire fédéral des Jeunes Ecologistes. Le CETA présente les mêmes risques que son cousin américain. Et pour cause, ces traités transatlantiques, que sont le TAFTA et le CETA, ont un objectif : libéraliser davantage les échanges commerciaux en s’attaquant aux normes sociales et environnementales et aux régulations. « Nous dénonçons ces accords de libre-échange négociés par l’Union Européenne au profit des multinationales et au détriment des droits des populations et de l’environnement. Aujourd’hui, mobilisé-e-s, nous voulons faire pression sur le gouvernement français pour faire tomber le CETA. » s’indigne Oriane Pigache, co-secrétaire fédérale des Jeunes écologistes. C’est pourquoi les Jeunes écologistes réaffirment leur opposition à ces traités ainsi que leur volonté : •D’élaborer une politique publique saine en Europe, indépendante des lobbies économiques et industriels •De la mise en place d’une harmonisation fiscale, sociale et environnementale au niveau européen •De nouvelles réglementations financières pour réguler les flux financiers •D’une participation citoyenne renouvelée aux prises de décisions européennes : la politique doit se faire pour mais surtout par les citoyens et les acteurs du sujet évoqué ! •D’une volonté farouche de vouloir remettre l’Europe sur les rails de la solidarité et de l’écologie. •D’encourager les instances politiques locales (collectivité, municipalité mais aussi quartiers) de se déclarer « zone hors-TAFTA et CETA ».   CONTACTS PRESSE : Oriane Pigache, co-secrétaire fédérale – 06 05 37 97 56 Benjamin Kaufmann, co-secrétaire fédéral – 06 82 45 78...

lire plus

Notre Dame des Landes : les chants de nos batons.

Publié par le Oct 10, 2016 dans Comptes rendus d'actions locales, Nantes, Nddl, Territoires | 0 commentaire

Notre Dame des Landes : les chants de nos batons.

Notre génération n’a pas connu la chance de connaître la mobilisation du Larzac. Mais la résistance face à un projet du passé qui souhaite exproprier des paysans de leurs terres agricoles donnent un sacré parallèle à cette lutte. L’écho rendu à cette lutte ce week-end, avec le chant de milliers de bâtons, a largement résonné sur la Zone A Défendre de Notre Dame des Landes. Ce samedi, 40 000 personnes de partout en France et d’ailleurs se sont rassemblées sur la ZAD de NDDL. Dans un véritable village altermondialiste, ouvert, autogéré et festif s’est déroulé la mobilisation. Les Jeunes Écologistes, rassemblées dans le cortège partant de la « Vache rit » ont chanté gaiement : A Notre Dame des Landes A Notre Dame des Landes landividividan dividi landilan dividividan A Notre Dame des Landes Y avait un gros projet. (bis) C’t’histoire de propagande – On va vous la conter. Valls et les socialos,- Voulaient planer plus haut. Une fois à la mairie – Il rencontra Vinci. « Ecrasons le bocage » – Dit-il à son ami « Mettons de gros avions – Pour gagner du pognon ». Outrée par la nouvelle, – La salamandre tachetée Appela toute la France: – « Entrons en résistance ». Des milliers d’indignés – Battirent le pavé. Valls-euh terrorisé, – Il a dû renoncer. A Notre Dame des Landes – Y a plus de gros projet. Chansons et chants militants, slogans, actions avaient un seul mot d’ordre : ce grand projet inutile et imposé reste un véritable scandale écologique, social, économique et démocratique ! De NDDL à Calais ou de NDDL aux Grands Projets Inutiles et Imposés, la lutte continue ! Ni à Calais, ni à la ZAD de NDDL il ne doit y avoir d’expulsions ! Face au gouvernement qui voudrait expulser les habitant-e-s ou les migrant-e-s, nous n’avons qu’un seul mot à la bouche et dans les actes : Résistance ! Nous restons pleinement mobilisé-e-s et vigilant au côté de tou-te-s ceux-lles qui luttent en cas d’expulsions, nous reviendrons à l’endroit où nous avons planté notre bâton...

lire plus

[Le Figaro] Notre-Dame-des-Landes : les opposants font « résonner les chants de leurs bâtons »

Publié par le Oct 10, 2016 dans Dans les médias, Manifestation, Nddl | 0 commentaire

[Le Figaro] Notre-Dame-des-Landes : les opposants font « résonner les chants de leurs bâtons »

REPORTAGE – Dans une ambiance bon enfant, entre 12.000 et 40.000 manifestants se sont réunis samedi sur la «zone à défendre» de Notre-Dame-des-Landes pour protester contre le projet d’aéroport. Une mobilisation qui doit se poursuivre dimanche. De notre envoyée spéciale à Notre-Dame-des-Landes Un Compostelle altermondialiste. C’est l’image qui vient, à voir sur ces chemins du maquis nantais tous ces jeunes, retraités, familles, agriculteurs et militants écologistes qui convergent en trois cortèges distincts, bâtons en main «pour les mettre dans les roues» du gouvernement, vers le cœur nucléaire de la lutte anti-aéroport: la ZAD (Zone à défendre) de Notre-Dame-des-Landes. Réjouis par un beau soleil d’automne, ils cheminent tous vers la ferme de Bellevue, un lieu symbolique de la ZAD, dans une ambiance bon enfant. Pancartes, slogans et autocollants en forme de cœur «Défendre la ZAD, c’est vital» sont partout. Ici on prend la pose pour un selfie de groupe devant la haie impressionnante des bâtons peints et sculptés, plantés en bout de parcours «dans la terre de Notre-Dame-des-Landes», comme un gage de la promesse lancée par l’association historique de la lutte, l’Acipa: venir chacun les rechercher, «pour résister», si le gouvernement lance l’ordre de l’expulsion de la ZAD. Plus loin on chante, on distribue des tracts, on sommeille dans le foin du champ voisin où chapiteaux, échoppes vegan où l’on peut manger des «burger keuf», tribunes, scènes musicales et buvettes, où «le prix est libre» mais «la participation consciente», grouillent de monde. […] Plus mobilisés que jamais, les Jeunes Ecologistes, eux, préviennent qu’ils ont «atteint la rage de la raison» avec ce projet «inutile et destructeur», un «véritable scandale écologique, social, économique et démocratique», s’indigne la co-coordinatrice de l’antenne de Rennes, Chloé Geffray.   Lire l’intégralité de l’article sur le site du...

lire plus

Contre l’aéroport de Notre Dame des Landes, on atteint la rage de raison

Publié par le Oct 7, 2016 dans Communiqués, Démocratie, Nddl, Nos actions | 0 commentaire

Contre l’aéroport de Notre Dame des Landes, on atteint la rage de raison

Après les mobilisations massives des 9 janvier et 27 février dernier, un nouveau rassemblement contre la construction d’un aéroport à Notre-Dames-des-Landes a lieu sur place ce samedi 8 octobre. Les Jeunes Écologistes participent à cette décisive mobilisation citoyenne, et continuent la lutte contre ce projet inutile et destructeur. En juin dernier, le gouvernement a organisé une consultation biaisée. Le cadre, le contenu mais également le processus ont été faits pour que le « Oui » l’emporte.  Se croyant forts du résultat de cette mascarade, les pro-aéroport et le premier ministre ont confirmé leur intention de procéder cet automne à l’évacuation et à la destruction de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes. C’est pourquoi, plus que jamais, cette mobilisation est déterminante pour s’opposer aux expulsions, défendre la zone humide et la biodiversité de Notre Dame des Landes ! Alors que l’Union Européenne vient de ratifier l’accord de Paris, le gouvernement oublie déjà ses engagements en relançant le projet d’aéroport à Notre Dame des Landes. « Ce grand projet inutile et imposé reste un véritable scandale écologique, social, économique et démocratique » s’indigne Chloé Geffray, co-coordinatrice des Jeunes Ecologistes Rennes.  « En écho à bien d’autres luttes paysannes, comme au Larzac, nous ferons résonner le chant de milliers de bâtons. » explique Oriane Pigache, co-secrétaire fédérale des Jeunes écologistes. Chacun-e-s est invité-e à planter un bâton pour dire qu’il-elle reviendra au même endroit pour résister en cas de tentative de l’Etat d’évacuer les habitant-e-s historiques, qui ensemble, ont choisi de s’opposer à une nouvelle destruction de terres agricoles, mais aussi d’un milieu humide servant d’habitat à des espèces végétales et animales à préserver. Nombreuses et nombreux sur place ce samedi, les Jeunes Ecologistes résisteront et se mobiliseront, jusqu’au bout, pour l’abandon du projet d’aéroport à Notre Dame des Landes. CONTACTS PRESSE : Oriane Pigache, co-secrétaire fédérale – 06 05 37 97 56 Benjamin Kaufmann, co-secrétaire fédéral – 06 82 45 78...

lire plus

[La Nouvelle République] Les Jeunes Écologistes revendiquent « un acte radical »

Publié par le Sep 19, 2016 dans Dans les médias, Poitiers, Stop Tafta Ceta | 0 commentaire

[La Nouvelle République] Les Jeunes Écologistes revendiquent « un acte radical »

Poitiers Au lendemain de la visite de Mathias Fekl, secrétaire d’État au commerce extérieur venu lundi à Poitiers pour présenter l’actualité des négociations du traité de libre-échange États-Unis – Union Européenne (TAFTA), le groupe des Jeunes Écologistes revendique dans un communiqué de presse la perturbation survenue à la sortie du ministre et de la préfète.   Lire l’intégralité de l’article sur le site de La Nouvelle...

lire plus