Menu des catégories

Écolo au quotidien

Rejoindre une AMAP, changer de banque, réduire ses déchets, fabriquer ses propres produits ménagers…

Il y a plein de façons d’être écolo au quotidien mais il nous manque souvent le petit conseil qui fait la différence…

Sur cette page, vous trouverez tous les conseils dont vous aviez besoin

[audio] Les jeunes sont écolos !

Publié par le Déc 5, 2015 dans Comptes rendus d'actions locales, Energie Climat, L'ecologie au quotidien, Nos actions, Toulouse | 0 commentaire

C’est bien connu, les jeunes sont désinformés et ne sont pas du tout au courant des questions climatiques ou environnementales. FAUX ! Nous sommes partis à la rencontre des jeunes toulousain-e-s, reportage audio ici… Bonne écoute Les Jeunes Ecologistes – Toulouse...

lire plus

Le printemps du climat : les Jeunes Écologistes s’engagent partout en France !

Publié par le Mai 27, 2015 dans Communiqués, Energie Climat, Jeunesse, L'ecologie au quotidien, Petitions et appels | 0 commentaire

Le printemps du climat : les Jeunes Écologistes s’engagent partout en France !

Du 30 Mai au 7 juin 2015, les Jeunes Écologistes appellent à participer à une semaine de mobilisation sur leclimat, dans le cadre de la première semaine européenne du développement durable. Elle débutera par le week-end d’engagement “1000 initiatives pour le climat” et se clôturera avec la journée mondiale de l’environnement et le Festival Chaud Devant, organisé par les Jeunes Écologistes Ile-de-France. Pendant une semaine, l’objectif sera de montrer partout en France les réponses qui existent à la crise climatique à tous les niveaux, et de sensibiliser à ses enjeux en vue de la COP21 en décembre.    Le temps s’annonce couvert pour la Cop 21, le sommet international sur le climat qui aura lieu à Paris en décembre 2015 : d’ores et déjà, les hautes sphères piétinent et rechignent à avancer vers le changement de modèle nécessaire pour répondre à la crise climatique et conserver des conditions de vie décentes pour les générations futures. Les contributions parcellaires et les engagements a minima voire même le silence des États -et notamment les pays développés- montrent qu’ils ne sont pas à la hauteur des enjeux pour l’instant. Les entreprises, qui malgré quelques avancées et la campagne de désinvestissement des énergies fossiles, restent largement sourdes au changement et ne voient de réponse que dans les marchés carbones, insuffisants pour maintenir la hausse de la température à +2°C en 2100 : business, as usual.    Heureusement, il existe d’autres moyens pour s’engager contre la crise climatique : puisque le changement ne vient pas d’en haut, c’est donc d’en bas que les idées doivent venir ! Transports doux, banques responsables, agriculture décarbonée, habitats à énergie positive ou participatifs, énergies renouvelables et locales sont autant de choses qui montent en puissance un peu partout dans les territoires. Inventons un autre modèle nécessaire pour répondre à l’enjeu et pour améliorer la qualité de vie de tout un chacun-e. Les Jeunes Écologistes, partout en France, seront mobilisés toute cette semaine, toute l’année, pendant la COP21 et plus encore pour appuyer ces initiatives mais aussi pour pointer les contradictions de ceux qui se découvrent défenseurs du climat pour quelques mois, et pour une action politique à la hauteur aussi bien au niveau local que national et international.  En participant aux 1000 initiatives pour le climat, avec de nombreux événements, actions et même un festival, du 30 mai au 7 juin, nous appelons avec la société civile mobilisée les citoyen.ne.s à agir collectivement face à l’urgence climatique, dans la perspective de la COP21 et au-delà pour constituer un véritable mouvement pour la justice climatique ! CONTACTS PRESSE : Rosalie Salaün – porte-parole : 06 86 28 69 04 Lucas Nédélec – secrétaire fédéral : 07 77 07 45...

lire plus

Contre les gaspillages, je glane !

Publié par le Déc 4, 2013 dans L'ecologie au quotidien | 0 commentaire

Le glanage : une démarche écologique et économique. Savez-vous qu’il existe une astuce pour profiter de produits agricoles gratuitement ? Attention, rien à voir avec du vol, c’est une technique légale, inscrite dans le code pénal. En effet dès la fin de l’été et à l’arrivée du mois de septembre, une activité méconnue prépare son démarrage, c’est le glanage. C’est à cette saison que la plupart des fruits et baies arrivent à maturité.  Le glanage est finalement comparable à la cueillette des champignons, au ramassage des mûres ou des châtaignes. Qu’est-ce que le glanage, que dit la loi ? Définition du droit de glanage : «Le  droit de glanage est précisé à l’article R26 du code pénal et autorise  entre le lever et le coucher du soleil le ramassage des fruits et  légumes non ramassés dans les champs et les vergers, ainsi que les  objets laissés dans la rue». Le glanage est donc une technique consistant à « récupérer de la nourriture  non ramassée dans les champs, à la fin des marchés, dans les poubelles  des commerçants ou dans les containers des supermarchés ». On  distingue le glanage du grapillage. Le premier concerne ce qui reste  sur le sol comme les pommes de terre ou les céréales. Quant au  grappillage, le terme est destiné à tout ce qui reste sur les arbres ou  arbustes après la cueillette comme les raisins, les pommes, et la  plupart des fruits. Comment faire pour profiter du glanage pour réaliser des économies sur la nourriture ? En pratique, le mieux, par respect est de demander l’autorisation à l’agriculteur possédant le champ. A  la fin des marchés, si les caisses avec les fruits et légumes abimés  sont laissées sur place et que les vendeurs sont partis, vous pouvez  glaner sans problème, ce sont des produits destinés à la poubelle. Les  récupérer évitera un gâchis. De plus, il est souhaitable de sympathiser avec les commerçants. A force de les connaitre, il vous feront confiance et il peut être utile de leur demander s’il jète des denrées à la fin du marché, et s’ils peuvent en garder une part pour vous. Concernant  les fruits tombés d’un arbre (pommes, poires, chataignes…) et se  trouvant sur la voie publique, il est possible de les ramasser sans  demander d’autorisation. La  cueillette des mûres dans les haies est également autorisée lorsque ces  haies sont dans le domaine public. Il ne faut pas pénétrer dans un  champ pour les cueillir si vous n’avez pas l’autorisation du  propriétaire. Après  les vendanges qui ont lieu au mois de septembre, de nombreuses grappes  de raisins sont également laissées au sol et ne seront jamais ramassées.  Dans ce cas-là il faut demander également l’autorisation au  propriétaire des vignes. Enfin, la cueillette des champignons en forêt publique est également autorisée. Combien peut-on économiser grâce au glanage ? Il faut reconnaître que les prix des fruits et légumes sont relativement élevés. En s’y prenant bien, il est facile de glaner jusqu’à 20 Euros de fruits et légumes à chaque récupération. Cela peut représenter un budget de plus de 1000 euros à l’année pour des légumes de saison, frais et locaux.  Et bien sûr, plus on est de fous plu on rit! Quelques chiffres sur le gaspillage alimentaire: On estime que 1/3 de  la nourriture est aujourd’hui gaspillée. Cela correspond à...

lire plus

Je change de banque

Publié par le Oct 29, 2013 dans L'ecologie au quotidien | 0 commentaire

Impact social et environnemental, présence dans les paradis fiscaux, politique salariale, financement d’activités polluantes, transparence, gestion de la banque, financement de l’économie sociale et solidaire, de la transition écologique : toutes les banques ne se valent pas. En effet, on l’oublie peut-être trop souvent, l’argent que nous avons sur notre Livret A ou sur notre compte en banque « travaille ». Plus on dépose d’argent dans une banque, plus celle-ci est autorisée à prêter de l’argent ou à investir sur les marchés financiers. Et toutes les banques ne financent pas la même chose… Même James Bond, aka. Sean Connery, le dit : « Revenons au bon sens, il est temps d’avoir une banque verte » : Le problème, c’est que si l’on en croit l’enquête des Amis de la Terre et d’Attac, le Crédit Agricole est l’une des pires banques françaises. Elle finance : des Armes controversées comme des mines anti-personnelles; des agrocarburants qui aggravent la faim dans le monde et la déforestation; les industries du nucléaire; les sables bitumineux (gaz de schiste…) au Canada; les mines de Charbon des Appalaches aux États-Unis; deux immenses centrales à charbon en Afrique du Sud; et beaucoup d’autres projets pas franchement écolo-frienly. Il fait moins le malin James Bond !   L’enquête des amis de la Terre et d’Attac a permis de classer les banques selon leurs pratiques : et leur transparence : Pour connaître tous les détails de leur enquête financeresponsable.org   Que l’on jette un rapide coup d’œil à ces tableaux ou que l’on se lance dans une enquête un peu plus poussée, on voit rapidement que 3 banques se détachent du lot. 1. La NEF (Nouvelle Économie Fraternelle) C’est sans doute de toutes les banques la plus éthique qui soit mais c’est aussi la plus petite, et donc celle qui offre le moins de services à ces clients. 100% des investissements de la NEF vont vers l’économie locale et le développement durable. La NEF répond à toutes vos questions sur son site : www.lanef.com 2. Le Crédit Coopératif Historiquement, le Crédit Coopératif a été la banque des associations et des coopératives. Ils ont développé il y a quelque années des services pour les particuliers. Eux aussi choisissent qui ils financent en fonction de critères sociaux et écologiques, là où les banques traditionnelles ne vont pas. C’est une banque coopérative, à savoir qu’elle appartient non pas des actionnaires encravatés mais à tous ses clients. A savoir : le Crédit Coopératif est maintenant membre du groupe Banques populaires Caisse d’Epargne (BPCE). Mais ses décisions d’investissements demeurent autonomes. Et en plus, c’est la banque des jeunes écolos. Eh oui ! On le dit, on le fait !   3. La banque postale La banque postale est une véritable banque de service public : elle ne sélectionne pas ses clients, elle n’est présente ni sur les marchés financiers ni dans les paradis fiscaux (sauf une filiale au Luxembourg pour les Assurances-Vie) Et il y a très peu de frais bancaires, ce qui permet au plus grand nombre d’avoir un compte en banque.     Alors ? Vous attendez quoi ? Que l’on vous dise que la plupart de ces banques ont des formules spéciales pour vous aider à transférer tous vos prélèvements (électricité, téléphone, eau..) vers votre nouveau compte ? Que l’on vous dise que la banque...

lire plus