Menu des catégories

Publié par le Mar 25, 2017 dans Communiqués, Europe | 0 commentaire

L’Union Européenne doit passer la crise de la soixantaine

L’Union Européenne doit passer la crise de la soixantaine

Il y a soixante ans, les représentant-e-s de six états européens se réunissaient au Capitole afin de signer le traité de Rome. Ce traité marqua un important coup d’accélérateur à l’intégration européenne, entamée quelques années auparavant. Soixante années plus tard, l’intégration Européenne est allée bien plus loin que beaucoup auraient pu l’imaginer. Pourtant, elle semble plus que jamais menacée par la montée du nationalisme ou encore par la sortie prochaine du Royaume-Uni.

Le chemin que les chefs d’État et de gouvernement ont fait prendre à l’Union Européenne depuis plusieurs années est une des raisons de la montée du nationalisme. Ce sont la promotion de l’ultralibéralisme, les accords de libre-échange comme le CETA, la destruction de la petite paysannerie dans le cadre de la Politique Agricole Commune ou encore les politiques d’austérité liées aux règles budgétaires européennes qui mènent l’Europe à sa perte.

Ce chemin n’est pas une fatalité. Il est possible de changer l’orientation de l’Europe. De plus en plus de citoyen-ne-s européen-ne-s appellent de leurs vœux une telle réorientation. Les élections en Allemagne et en France cette année peuvent être le moment décisif.

Il nous semble notamment important de renforcer la démocratie dans l’UE via plus de transparence, une lutte encore plus intense contre les conflits d’intérêt, une extension des pouvoirs du Parlement face à la Commission et au Conseil Européen ou encore un renforcement des mécanismes de démocratie directe. Les politiques de l’Union Européenne doivent défendre l’ensemble des citoyen-ne-s européen-ne-s et pas seulement les intérêts de quelques-un-e-s.

L’Europe est une questions transversale et concerne plusieurs des 17 propositions portées par les Jeunes Écologistes dans le cadre de notre campagne « Les Jeunes Avec Un Projet » : la promotion d’une agriculture biologique paysanne, l’élaboration d’un cadre juridique européen pour protéger les lanceurs/lanceuses d’alertes, la lutte contre les paradis fiscaux ou encore la fermeture des centres de rétention et un meilleur accueil des migrant-e-s. Sur ces sujets comme sur d’autres, il est urgent d’agir.

La meilleure façon d’aimer l’Union Européenne et de la défendre, c’est de vouloir la changer et la réorienter.

Dans les mois à venir, les Jeunes Écologistes s’engageront donc en faveur de la réorientation de l’Europe. L’Assemblée Générale de la Fédération des Jeunes Verts Européens à Madrid, en mai prochain, sera notamment l’occasion pour nous de promouvoir une position commune pour la réorientation de la Politique Agricole Commune. Nous commencerons aussi, en parallèle, une large réflexion sur l’Union Européenne d’ici aux élections européennes de 2019.

CONTACTS PRESSE :

  • Oriane Pigache, co-secrétaire fédérale – 06 05 37 97 56
  • Benjamin Kaufmann, co-secrétaire fédéral – 06 82 45 78 42

Publier une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam