Menu des catégories

Publié par le Déc 13, 2016 dans Communiqués, Démocratie | 0 commentaire

Un an plus tard, toujours l’état d’urgence et des tas d’urgences

Un an plus tard, toujours l’état d’urgence et des tas d’urgences

Un peu plus d’un an après la mise en vigueur de l’état d’urgence, ce dernier est en passe d’être prolongé encore (et encore) jusqu’après les élections de 2017. La prolongation indéfinie de l’état d’urgence est pourtant une atteinte incommensurable à notre République.

L’état d’urgence est un régime d’exception. Selon la loi de 1955, « l’état d’urgence peut être déclaré sur tout ou partie du territoire métropolitain (…) en cas de péril imminent résultant d’atteintes graves à l’ordre public ». « Cela fait plus d’un an que la France vit avec un régime d’exception. Hors, un état d’urgence permanent n’a pas de sens. C’est un oxymore qui n’a pour seul intérêt que la démagogie. Afin de rassurer, François Hollande prolonge l’état d’urgence pour mieux masquer les tas d’urgences qui mènent à cette situation. » soupire Oriane Pigache, co-secrétaire fédérale des Jeunes Ecologistes.

« L’état d’urgence est un véritable piège pour notre démocratie. C’est un régime d’exception qui banalise les perquisitions administratives, prévaut sur les droits humains en matière de liberté d’aller et venir ou de droit au respect de la vie privée et familiale et qui épuise les forces de l’ordre depuis maintenant plus d’un an. » continue Benjamin Kaufmann, co-secrétaire fédéral des Jeunes Ecologistes.

Face au défi climatique, à la montée grandissante de l’extrême droite à travers l’Europe et le monde et au repli identitaire, il importe d’autant plus que les citoyen-ne-s exercent leurs libertés politiques et usent de leur capacité à agir face aux obscurantismes par la défense du bien commun et de nos libertés, là où l’état d’urgence ne fait que les brider. L’enjeu pour tou-te-s est bien de réfléchir à des solutions sur le long terme pour apporter des réponses efficaces aux causes de cette violence. Stopper les ventes d’armes, se libérer du pétrole, cesser d’alimenter le cercle vicieux qui nous ronge sont les premières pistes à débattre ensemble.

Nous appelons donc les parlementaires de l’Assemblée National à ne pas voter la prolongation de l’Etat d’urgence ce mardi 12 décembre. A Paris, les Jeunes Ecologistes participeront au rassemblement musical prévu devant l’assemblée nationale à 18h30.

CONTACTS PRESSE :

  • Oriane Pigache, co-secrétaire fédérale – 06 05 37 97 56
  • Benjamin Kaufmann, co-secrétaire fédéral – 06 82 45 78 42

Publier une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam